Archives de Catégorie: Interview

L’humour et la publicité selon M. Nicolas Cérisola

Pour vous, nous avons interviewé Monsieur NICOLAS CERISOLA, fondateur de l’agence des créatifs indépendants The Admen, directeur de création et formateur en création publicitaire

Après avoir fréquenté en tant que directeur artistique les agences de publicité comme Mac Cann Erickson, Leo Burnett, FCB, Young & Rubicam, J Walter Thompson et travaillé sur les budgets Danone, Eurostar, Ford ou CB News, Nicolas Cerisola devient indépendant en 2002. Il collabore en tant que créatif freelance auprès d’agences conseils en communication ou d’annonceurs en direct, et fonde en parallèle Adprentis, méthode d’apprentissage à la création publicitaire.

Selon vous qu’est-ce qui prime, la publicité ou l’humour ?

L’humour est une base fondamentale de la publicité. Plus la publicité est drôle, et plus elle aura d’impact. Plus elle a d’impact et plus elle fait du Buzz.

Il existe différents types d’humour dans la publicité, et on réagit plus à certains types d’humour. Il existe une différence entre ce qui fait rire le créatif et ce qui fait rire l’annonceur.

Il est prouvé qu’une campagne publicitaire basée sur l’humour a 10 fois plus d’impact sur le consommateur. Ce qui est hilarant est magnifique. L’humour permet de sauver des campagnes publicitaires qui ont des aspects créatifs à peau de chagrin.

L’humour permet de sortir des films plutôt pas mal, ce que le brief ne permet pas.

L’avantage de l’humour, c’est qu’il peut passer les frontières. L’humour possède un registre universel. Généralement, ce sont des clichés américains qui sont repris pour faire des blagues.

Les publicités humoristiques sont en générales les meilleures publicités, ce sont celles qui sont le plus souvent récompensées lors du festival international du film publicitaire de Cannes. La plus part des publicités diffusées pendant le festival sont des publicités humoristiques.

Quelle est, pour vous la meilleure publicité depuis le début de l’année 2011 ?

La publicité du petit Vador. Elle a tout pour plaire.

Dans les années 70-80, il y a eu la grande saga pour les cigares « Hamlet ».

L’humour dans la publicité se décline de plusieurs manières. L’humour noir, la parodie, le shock Advertising, l’humour transgressif, l’humour gras. Tous les types d’humour sont possibles dans la publicité.

Par exemple pour  l’humour gras, est-ce que la publicité est intéressante même si elle fait du buzz ?

Par exemple une publicité pour une huile avec un sexe qui chante du Barry White. C’est grivois,  à la limite du vulgaire, mais drôle. Un bon gag, même à la limite, tu ne te poses pas de questions.

Il est facile de repérer les auteurs des campagnes humoristiques. Les créatifs se reconnaissent et certains créatifs sont portés sur l’humour.  Le registre de l’humour franco-français est un peu pourri.

Il faut se poser la question suivante : à qui est destinée la campagne publicitaire ? Selon l’âge, le registre de l’humour est différent. Pour une cible de 10-15 ans, on utilise un humour « pouet-pouet ». Mais plus on monte dans les strates plus le registre devient subtil.

Une femme ouvre son réfrigérateur,  voit une tête dedans. Elle se met à hurler. Son mari qui est présent ouvre à son tour le réfrigérateur pour comprendre pourquoi sa femme crie autant, et il constate qu’il ne reste plus une seule bouteille de bière dans son réfrigérateur, il ne reste que le carton vide.  Il se met à crier aussitôt. Il s’agit d’une publicité de Budweiser. Budweiser fait toujours des publicités dans le registre de l’humour. C’est son code ADN. Toutes les publicités de Budweiser  sont des publicités drôles.

Pensez-vous qu’avec le BuzZ des publicités humoristiques,  il y a un développement de nouvelles techniques de publicité ?

L’humour n’est pas une technique de publicité, c’est un ton de communication. Il n’y a pas de développement de nouvelles techniques de publicité.

Il y a plusieurs degrés dans l’humour.  Le cynisme prime et on le retrouve près des créatifs, c’est du troisième degré.

Une marque qui peut s’auto-parodier a compris beaucoup de choses, et elle maîtrise sa communication. Un exemple de marque qui peut s’auto-parodier c’est celui de Budweiser.

Juvamine aussi s’auto-parodie.

Quelle est la publicité dont vous êtes le plus fier ?

La publicité dont je suis le plus fier est celle contre la violence enfantine. « Être parent n’est pas un jeu d’enfant ». C’est un spot réalisé dans le but de faire comprendre que la violence crée un mécanisme que l’enfant a tendance à répéter.

Et la publicité la plus fameuse ?

« On r’met ça ?» publicité pour Danette avec Nicolas Anelka et Sylvain Wiltord. Cette publicité est basée sur un concept espagnol : deux sportifs qui mangent des pots de yaourts. Cette publicité est plus funky.