Archives de Catégorie: Vs Battle

Greenpeace : Barbie se fait larguer par Ken

Le dernier coup d’éclat de Greenpeace : la révélation de Barbie serial killer des forêts et accro à la déforestation en Juin 2011.

L’association écolo s’attaque directement à la marque Mattel et à ses deux icônes emblématiques Barbie et Ken.

The Break Up

Clin d’œil au film Toy Story, Greenpeace dénonce sur un ton humoristique à travers ce court métrage le fait que la marque Mattel emballe ses Barbies avec un carton issu de la déforestation intensive tuant des races protégées  en Indonésie.

Ken découvre que sa dulcinée n’est autre qu’une ignoble prédatrice de tigres et d’orangs-outans. Ecœuré, Ken largue Barbie et fait trembler Mattel.

Cette vidéo remporte un grand succès dès les premiers jours. Greenpeace a également créé un site et une page Facebook en faisant de la propagande contre la marque Mattel et son fournisseur d’emballage Sinar Mass APP, fournisseur indonésien, cible préféré du lobby écolo qui a déjà dénoncé  Dove (Unilever) et Kit Kat (Nestlé) qui collaboraient avec celui-ci pour l’huile de palme.

Parallèlement, les activistes de Greenpeace n’ont pu s’empêcher de déployer une banderole géante de Ken sur le siège de Mattel à Los Angeles et sur Picadilly Circus.

Après l’arsenal numérique impressionnant de Greenpeace, Mattel a réagit sur Facebook annonçant une charte de développement durable pour tous ses fournisseurs.

Il y a quelques jours, Greenpeace a relancé la polémique :  Ken appelle Mattel, cliquez ici.

La lutte de contre la déforestation reste pour les activistes de Greenpeace une cause préoccupante.  De grands groupes, tels que Disney et Hasbro, travaillent toujours sans scrupule avec des fournisseurs tels que Sinar Mass qui mettent en péril l’environnement et les populations locales.

Grâce à des films postés sur les réseaux sociaux, les luttes environnementales s’organisent et touchent de plus en plus d’adeptes.

Pour agir contre la déforestation, « Dé-like Barbie » sur Facebook : Greenpeace, Barbie Je Te Quitte.

Publicités

Apple vs BlackBerry

La publicité BlackBerry vs Apple est une publicité virale. Cette publicité est une attaque frontale envers Apple, principal rival de BlackBerry. La célèbre mure explose la pomme.

Mais la réponse ne se fit pas attendre quelques jours après on a pu voir Apple contre-attaquer sur la même base de publicité, mais cette fois, c’est la loi de la physique qui gagne…

BlackBerry a eu une bonne idée mais la réponse n’ était- elle pas un peu téléphonée?

A vous de juger…


Un zeste de Walk in fridge…et c’est la guerre !

Heineken, fabriquant de bière Néerlandais, lance une série de publicités « walk-in fridge » en 2008. L’annonceur fait appel à TBWA Neboko, agence de publicité.

Cette publicité originale, destinée au public Hollandais pour la bière Heineken, a été vue 5 millions de fois sur Youtube. Des femmes hystériques découvrent la royale penderie de leur hôte tandis que leurs non-moins hystériques conjoints découvrent un non-moins royal frigo à bière. L’annonceur investit sur ce qui pourrait être clairement un jackpot montrant que les hommes ont enfin chez eux l’équivalent de ce dont les femmes rêvent : le « walk-in closet ». L’annonceur joue sur la différence des goûts selon les sexes.

Les publicités de Heineken bien que sexistes sont très appréciées, mais la cible reste essentiellement masculine. L’annonceur utilise un humour sur la base de l’exagération et du renversement quand on voit les hommes se comporter comme des adolescentes en extase.

La réponse du berger à la bergère en l’occurrence, la réponse de Bavaria autre bière néerlandaise à Heineken ne se fait pas attendre, et sera diffusée fin 2008.

Bavaria lance une publicité qui ne laisse pas place au doute. C’est un coup direct et professionnel, parodiant ainsi de manière humoristique la publicité de son concurrent.

Au début de l’année 2009, Heineken ne pouvant rester silencieux répond à Bavaria.

Tous les « walk-in fridge » ne sont pas les mêmes, mais provoquent le même effet s’il y a de la Heineken. L’annonceur fait une fois de plus appel à la même agence de pub qui a réalisé le premier volet de cette série publicitaire pour mettre en avant son produit. Destinée au public Hollandais, cette publicité est devenue virale et a été vue  1,5 millions de fois dans le monde dans la première semaine suivant sa sortie. Cette vidéo a fait le buzz. L’annonceur a joué sur le quiproquo, et la chute est inattendue.

Pour les amoureux des plateaux télé, souvent scotchés sur leur canapé,  avec une télécommande à la main, voilà une invention qui devrait les faire mousser et… glander davantage. Un frigo qui marche, quoi de plus normal pour une bière qui pense. L’annonceur utilise la fantaisie en plus d’un humour absurde. La métamorphose d’un walk-in fridge en « walking » fridge (le frigo qui marche).

L’annonceur va plus loin, et place des boîtes gigantesques où « walk-in fridge » est imprimé en gros sur un côté, dans différentes rues et gares de Hollande.

Heineken connaît une hausse des ventes de +14% et devient la première entreprise nationale de fabrication et de commercialisation de bières avec un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros en 2009.



BUZZMAN ET BIC: UN RETOUR GLISSANT

Une campagne Tipp-ex aux 16 000 000 vues, un cas d’école pour les marques et une agence, Buzzman, qui remet le couvert avec une campagne interactive sur YouTube pour Bic.

Les nouveaux rasoirs BIC Flex 3 rendent la peau lisse, très lisse.

Le 6 avril 2011, on supportait tous les bleus, devant notre télévision, dans leur match les opposants aux allemands pour leur qualification aux demi-finales du mondial de curling ! Malheureusement, ce fut un échec cuisant puisque, je le rappelle pour les non-patriotes, la France s’est inclinée 5 à 6. Heureusement et pour nous faire oublier cette immense désillusion nationale, BIC accompagnée de l’agence Buzzman revient sur le devant de la scène.

Pour véhiculer ce plus-produit de manière originale et interactive, Buzzman a choisi un sport en rapport avec la glisse pour un message clair.

Après avoir regardé un match de curling dans lequel un joueur utilise les rasoirs BIC, l’internaute est invité à jouer à son tour. En reprenant le concept de ce sport, la pierre de granite a été remplacée par un homme pour montrer que les nouveaux rasoirs rendent la peau lisse comme le sol, Une idée « tirée par les cheveux » certes, mais une idée originale, appuyée par une excellente mise en scène. On s’amuse rapidement avec sa webcam soit avec la touche espace de son clavier pour faire avancer à différentes vitesses notre homme allongé et ainsi accéder au niveau supérieur.

Cette campagne de pub virale (voir pub tipp-ex) n’ayant que quelques jours, nous reviendrons dessus afin de vous faire part des retombés.  Mais nous pouvons déjà affirmer que La vidéo à été vue plus de 607.000 fois en 10 jours sur Youtube. Quelle pub préférez-vous entre tipp-ex et Bic rasoir ?


Hansaplast : Maman a dit que je peux ! vs Zazoo

Cette publicité est touchante et improbable. En effet, dans ce spot publicitaire l’enfant terrible a très bien compris qu’il peut demander tout ce qui lui passe par la tête à sa mère occupée dans la chambre. Il demande la permission et n’ayant jamais de refus, il en profite pour faire des bêtises de plus en plus folles et dangereuses.

Il y a très peu de dialogue, mis à part le fameux « Maman a dit que je peux », après chaque bêtises. On peut voir les personnes, en face de lui, acquiescer la chose comme si sa mère avait un droit divin. Personne ne le remet en question, personne ne l’arrête.

On apprend à la fin du spot qu’il s’agit d’une publicité pour les préservatifs.

Le spot publicitaire se termine par « Maman je peux mettre le chat dans la machine à laver ? Oui oui oui » …le voilà reparti pour de nouvelles aventures.

En comparaison avec la publicité Zazoo où le père se dit qu’il aurait dû utiliser un préservatif pour ne pas avoir de « gosse » ou d’autres campagnes préventives  qui choquent pour lutter contes les MST, Hansaplast utilise directement le plaisir de faire l’amour avec un préservatif, sans mettre en scène l’acte sexuel.

La publicité Zazoo nous renvoie au regret et à la peur d’avoir des enfants. L’enfant est présenté comme un véritable fardeau, une maladie. Le préservatif est un moyen de contraception pour éviter la conception d’un enfant qui serait tragique pour l’adulte que cible Zazoo.

Pour Hansaplast, l’approche est différente. On associe le préservatif au plaisir sans responsabilité.

Le seul point commun entre Zazoo et Hansaplast est la mise en scène des enfants, l’un capricieux et colérique et l’autre malicieux.

Grâce à l’audace de Hansaplast, cette approche d’utilisation des préservatifs séduit les spectateurs et touche ainsi un large public. Le préservatif se présente comme un objet indispensable pour éviter les Maladies Sexuellement Transmissibles mais aussi un objet de désir, de jouissance.

Par ailleurs, il est important de souligner que même si la publicité Zazoo a marqué les esprits, aujourd’hui le spectateur se rappelle de la publicité, mais ne retient pas le nom de la marque, contrairement à Hansaplast. Peut-être l’annonceur devrait-il aussi travailler la notoriété de l’entreprise.

Alors d’après vous quel est le meilleur moyen pour inciter les gens à se protéger avec des préservatifs? ZaZoo ou Hansaplast ?


ZAZOO : Le Caprice

«Les campagnes de publicité les plus efficaces sont celles qui fournissent aux enfants les tournures de phrases à utiliser lorsqu’ils font un caprice » indique Iris Sroka de la société d’ étude de marché Hypothesis Group.

A la fin années 90, une société d’analyse du comportement des enfants prétend, qu’une publicité faisant l’usage « d’un caprice bien mené » peut entraîner une augmentation des ventes de 21% à 41% selon le secteur.

Nous sommes en 2004, après une baisse de 11% de ses ventes totales, Zazoo, société Belge fabricant des préservatifs, marque les esprits en utilisant un humour très choquant. Ce spot publicitaire de 41 secondes « le caprice » a été réalisé par DBTEST. Si cette publicité a été diffusée comme un simple spot publicitaire en Belgique, elle est présentée à la télévision Américaine lors d’une émission sur les publicités bannies sur les chaînes Américaines.

La première version diffusée en Belgique est uniquement en allemand, la version française n’a été produite et diffusée que dans le but d’élargir la cible : les jeunes adultes.

Le but du fabriquant n’était non pas de choquer, mais plus d’effrayer « les inconscients » en mettant en scène un père incompétent dans une situation embarrassante dans un supermarché, et ce, devant une foule stupéfaite et déçue de voir un tel parent. Face à la diminution de l’usage des préservatifs, l’annonceur espère avertir le public en disant : « si vous n’êtes pas prêts à endosser la responsabilité d’un enfant, pratiquer le sexe sans risque ».

Avant cela, le préservatif faisait surtout référence à la santé publique et aux Maladies Sexuellement Transmissibles. Alors plutôt que d’en « remettre une couche », en expliquant les dangers des relations sexuelles sans protection (les MST, les grossesses non-désirées), l’annonceur envoie un message sur le ton d’un humour choquant, utilisant des images que tout le monde comprend. L’enfant remplace la MST, il devient dans ce cas la pire des MST.

Le spot publicitaire commence par un plan sur la relation père – fils, au moment où la dispute est sur le point d’éclater. On voit venir petit à petit le caprice.

Ensuite, gros plans sur le visage de différents clients du magasin, où on peut facilement y lire la déception. Par ailleurs ce qui nous interpelle c’est l’interaction entre eux et le père et son enfant. L’annonceur se sert du sentiment de « honte » dans de telles circonstances. Le choix du lieu du caprice est stratégique, l’enfant devient une nuisance sonore dans un espace habituellement calme. Qui n’aurait pas peur de se retrouver dans une telle situation ?

L’argument est purement visuel. Un gosse mal élevé, un père qui aurait eu le même plaisir en utilisant le préservatif de l’annonceur, mais qui confronté à une réalité qui le dépasse, regrette amèrement la naissance de ce « gosse ».

Tous les moyens utilisés mènent au même message, qui se veut simple : si vous n’utilisez pas notre produit, ça pourrait être vous !

Le sexe n’est plus un sujet tabou, ce ne sont pas les relations sexuelles qui sont dangereuses,  mais les relations sexuelles non protégées.

Les techniques de création utilisées sont le shock advertising, l’exagération et le renversement.

La réaction du public face à cette publicité est intéressante, les hommes plaignent ce père, alors que les femmes disent « bien fait pour lui ! D’habitude ce sont toujours les femmes qui endossent ! »

Et vous, quelle sera votre attitude, sympathie ou moquerie ?